Travailler en Argentine

L'Argentine connaît une forte croissance. Pourquoi ne pas y chercher un emploi... où le créer vous-même ?

Malgré la conjoncture favorable, il n'est pas toujours facile de trouver du travail en Argentine.

Cependant, vos chances sont déjà bien meilleures si vous évitez ces trois erreurs, communes parmi les francophones désireux de s'installer en Argentine, durant votre recherche d'emploi.

Un bon niveau en espagnol est souvent nécessaire.

Des salaires bas... en euros

Le niveau des salaires en Argentine est bas comparé à l'Europe ou au Canada. Cela décourage nombre de francophones cherchant à travailler en Argentine.

Le coût de la vie y est aussi moins élevé. Ce n'est que lorsqu'on "traduit" un salaire argentin en euros, qu'il paraît très bas.

En mars 2017, le salaire minimum est d'environ 5000 pesos par mois, et le salaire moyen en Argentine, de 12000 pesos si l'on prend en compte uniquement les emplois déclarés.

Au taux de change officiel (mars 2017), cela représente 500 euros par mois pour le salaire minimum, et 1200 euros par mois pour le salaire moyen.

(En réalité, il est impossible de convertir des pesos en euros au taux de change officiel. La seule solution est le marché noir, où le taux est bien différent.)

Avec une inflation élevée et un taux de change qui reste à la traîne, ces chiffres en euros ont quand même doublé en deux ans. Mais quand on dépense son salaire en Argentine, il a beau augmenter à toute allure, il va rarement plus vite que l'inflation...

Le salaire minimum en Argentine : insuffisant pour vivre

Dans les emplois payés au salaire minimum, le gros défi est surtout d'obtenir un contrat de travail : une grosse proportion des emplois non qualifiés est couverte par des emplois “au noir”.

Le salaire minimum ne permet pas de vivre de façon indépendante à Buenos Aires. Il permet de vivre chez ses parents, ou représente un complément de revenus dans un couple... mais il est très difficile de se loger dans la capitale, manger et se déplacer, pour 3 000 pesos par mois.

A titre d'exemple, un deux-pièces ancien et sans fioritures, dans un quartier modeste, coûte déjà 3 000 pesos par mois (charges non comprises).

Les étrangers qui ont réellement intérêt à travailler en Argentine comme salariés, sont ceux qui sont envoyés par une entreprise étrangère, avec un statut d'expatrié, et un salaire en euros ou en dollars.

Ceux-ci existent, et si vous en avez la possibilité, n'hésitez pas... Travailler pour une entreprise étrangère qui vous envoie en Argentine - pas avec un contrat local – est la solution intéressante pour travailler en Argentine comme salarié.

Rechercher un emploi dans la filiale argentine d'une entreprise française n'est pas forcément une affaire : la filiale argentine embauche le plus souvent avec un contrat local, aux salaires locaux.

Créer son propre emploi

Le salariat n'est pas la seule option pour travailler en Argentine, comme le prouve la communauté de francophones et étrangers travaillant à leur compte en Argentine.

Coiffeur, avocat, agent immobilier, nombreux sont ceux qui ont monté leur propre affaire en Argentine, en travaillant de façon indépendante.

Pour travailler en Argentine dans le cadre d'une activité indépendante, le principal obstacle est l'obtention d'un visa.

Se mettre à son compte ne permet pas d'obtenir un visa : il faut posséder un visa pour pouvoir travailler.

La solution : demander un visa dans une autre catégorie. Tout visa de résident en Argentine – étudiant , rentier , ou autre – permet d'y travailler, sans restrictions.

Pour ceux qui ont moins de 30 ans, un permis vacances-travail permet désormais d'effectuer un séjour d'un an en Argentine, avec le droit d'y rechercher un emploi.

C'est différent du visa de travail, que l'on ne peut demander que quand on a déjà une promesse d'embauche.

Autre sujet important pour travailler en Argentine, salarié ou à son compte, déclaré ou non : la protection sociale.

Une autre option pour travailler est de créer une entreprise en Argentine.

Entreprendre en Argentine est parfaitement faisable pour des étrangers, et permet d'obtenir un visa : l'entreprise toute neuve peut embaucher son dirigeant et demander pour lui un visa comme salarié d'une entreprise argentine. (C'est un petit peu plus compliqué dans la pratique, mais le principe est simple).

Le capital nécessaire n'est pas considérable : on peut créer une S.R.L. (l'équivalent d'une la SARL en France) avec 12 000 pesos (environ 2 100 euros) de capital.

Les articles qui composent cette section traitent souvent des sujets liés à la création d'une entreprise en Argentine, et à l'exercice d'une activité indépendante.

Pas besoin d'être un chevalier d'industrie pour démarrer sa propre activité en Argentine, ni d'avoir Papa derrière soi pour vous acheter une usine : l'Argentine favorise l'initiative, la créativité, et la plupart des Argentins débutent justement avec très peu de moyens.

On peut très bien s'installer avec un peu de savoir-faire, un capital peu élevé, et créer son propre emploi.

Enfin, si beaucoup de mythes entourent l'Argentine, il y a plusieurs choses qui se vérifient : c'est bien un pays ouvert aux immigrants, où l'on peut arriver de très loin et construire sa propre histoire, et une carrière professionnelle... même si cela doit être en-dehors des sentiers battus. L'Argentine adore la créativité, dans tous les domaines !